Gilles Paillet, le french loup-garou de Londres

Sur le net, on peut faire de chouettes rencontres. Il y a quelques temps déjà, peu après avoir ouvert une page Facebook histoire de prolonger un peu le plaisir et vous inciter à plus d’interaction, un certain Gilles Paillet se retrouve dans ma liste d’amis. Tiens, connais pas. Je me suis baladé sur le mur du monsieur, et j’ai découvert (sans stupeur ni tremblements mais quand même) que ce dernier est un pro des effets spéciaux et notamment un spécialiste, un vrai, en création de costumes et prothèses pour le cinéma et la télévision, avec une fiche IMDB et tout ! Waaaa. Gilles a volontiers accepté d’être le parrain de cette nouvelle rubrique qui devrait en intéresser plus d’un, (moi le premier) : les pros du fx. Gilles Paillet, les pros du fx première,…Action !

JSPS – Gilles, si tu devais résumer ton métier, en quelques mots ?
Mon métier est d’intervenir dans le processus de création d’un effet, d’une créature, qui aide à raconter une histoire, réaliste ou imaginaire.
– Comment est née ta vocation ?
Je crois que j’ai toujours été intéressé par les histoire fantastiques, la science-fiction, les monstres. Tout petit, j’ai vu Superman au cinéma, puis plus tard l’Empire contre-attaque, et là j’avais découvert « mon » univers.
– Quel a été ton parcours pour arriver à ton métier actuel ?
Je suis un auto didacte, c’est à dire que j’ai commencé comme beaucoup à l’époque en bidouillant dans mon coin, en essayant de reproduire ce que j’avais vu dans un film… Avec tout ce que ça comporte d’erreurs, de ratés, etc… J’ai suivi entre autres une formation à Paris, à l’Atelier International du Maquillage (AIM), et également une autre à l’AFPA Laval, où j’ai obtenu un diplôme de mouleur et de stratifieur (mise en oeuvre de la résine et fibre de verre) et où j’ai appris les contraintes d’un moulage, ce qu’il faut éviter, etc. Parmi mes premiers jobs, au travers de l’AIM j’ai travaillé pour Canal + (Le plein de super), le Crazy Horse Saloon (prototype de coiffe), le centre Beaubourg (faux nez)… J’ai fait plein d’autres boulots sans rapport avec le domaine du spectacle, depuis la restauration jusqu’à la comptabilité, il faut bien payer les factures ;)
– Tu fais un métier « passion », est-ce que c’est aussi génial que ça en a l’air ?
Le côté « passion » est ce qui fait que tu peux travailler longtemps, avec des horaires impossibles ! Pas d’horaires de bureau, là. Parfois ça peut être très fatiguant, mais quand tu vois le résultat à l’écran, c’est une grande récompense. Mais tout n’est pas toujours rose, c’est énormément de travail !
– Quelle est la partie que tu préfères, dans ton métier ?
Cela dépend des projets. Parfois c’est la conception, parfois c’est la fabrication en elle-même, parfois c’est l’ensemble du processus.

Pour le final de la saison 4 du Dr Who, j’ai tiré en mousse de latex un vieil Ood, et tout au long de la saison 5, avec le nouveau docteur, d’autres créatures, parmi lesquels les anges pleureurs (visages, robes et corsages), intacts et endommagés. J’ai également réalisé les sous-costumes des cybermen.

– Quel conseil donnerais-tu à un jeune qui souhaiterait se lancer dans le métier ? Une école, formation en particulier ?
Aujourd’hui, avec internet, il est facile de trouver des infos partout, pourvu qu’on s’en donne la peine. Il y a une foule de livres et DVDs, très souvent en anglais, qui traitent du sujet qui nous intéresse : que ce soit le moulage, la sculpture, la pose de prothèses,etc. L’anglais est très important si l’on veut progresser, car la plupart des infos de valeur que l’on peut récupérer sont en anglais : la plupart des dvds explicatifs, les livres et magazines spécialisés ou les salons internationaux des effets spéciaux, qui ont lieu en Angleterre, ou aux USA pour la plupart.
Il y a un forum parmis d’autres auquel je participe : www.effets-speciaux.info, dirigé par Pascal Pinteau et Pierre Salard. Il regroupe pros et amateurs, et il y a un vrai échange, c’est ce qui est motivant. L’école Métamorphoses, à Strasbourg, est la seule école en France qui offre une formation complète sur les effets spéciaux de maquillage (entre autres). La formation dispensée est à la pointe des matériaux et techniques employés dans l’industrie du cinéma aujourd’hui, notamment avec la participation permanente d’intervenants professionnels extérieurs, en activité. Sinon, pour celui qui veut apprendre par lui-même, la route sera (très) longue, mais c’est tout à fait possible d’avoir une bonne approche des techniques employées, grâce à des magazines qui traitent du sujet, notamment l’excellent magazine français SFX par exemple, et sa rubrique Mascarade.
– Tu t’es « exilé » en Angleterre… C’est parce qu’il y a plus de travail là-bas ou par passion du fish and chips ? 
Lol ! En fait oui c’est vrai qu’il y pas mal de projets en Angleterre (des séries fantastiques, comme Dr Who, requièrent pas mal de monstres), et de nombreux films à gros budgets se tournent tout ou en partie à Londres, dans les studios Pinewood notamment ; Je suis venu en Angleterre (en fait revenu, j’avais déjà travaillé à Londres au début des années 2000) grâce à Neill Gorton, que j’avais rencontré à plusieurs reprises à l’Imats (International makeup trade show) de Londres, et qui un jour m’a contacté car il cherchait un technicien de la mousse de latex pour le film The Wolfman, de Joe Johnston. Inutile de dire que ma réponse a été OUI tout de suite, et alors qu’il était prévu que je travaille dans l’atelier de Neill, Millennium Fx, pour seulement quelques semaines, j’y suis resté presque 3 ans ininterrompus !

Mon premier job chez Neill Gorton. J’ai moussé les prothèses de Benicio Del Toro et d’Anthony Hopkins dont le torse, le visage, les bras, le menton, la cagoule avec les oreilles…

– De quoi es-tu le plus fier, dans tes réalisations ?
J’adore les loup-garous, alors, je dirais que même si je n’ai joué qu’un petit rôle dans la fabrication, le costume du Wolfman et celui de Being Human (saison 2 et 3).

httpv://www.youtube.com/watch?v=7n10R5guBSI

Being Human, l’équipe des effets spéciaux 

– Une anecdote professionnelle à nous raconter (terrible ou géniale, ou les 2) ?
J’ai rencontré Dick Smith l’année dernière, et j’ai pu échanger quelques mots avec lui. Un vrai bonheur ! Et j’ai joué un petit rôle dans la venue de Jordu Schell en France chez Metamorphoses pour Zs Formations récemment. Oh pas grand chose, mais je connais Jordu depuis quelques années, rencontré lors de différents Imats puis chez Millennium Fx où je travaillais et lui donnais des séminaires, comme celui qui vient de se tenir en France.
– Finalement, ce sont les rencontres qui ont l’air de plus te tenir à coeur ! Là, tu nous parles de grands monsieurs de la profession, qu’est-ce qui justement fait qu’on est meilleur qu’un autre ? 
Les rencontres sont très importantes, comme l’est le fait de se forger un « réseau » de connaissances. Je pense que tous les grands de l’industrie sont extrêmement talentueux, le fait qu’ils aiment partager leur passion et leurs « secrets », et comment il le font, fait la différence.
– Tes projets en cours, à venir ?
Je viens de finir de travailler sur le nouvel Alien, et avant cela j’ai travaillé sur Choc des Titans 2.
– Le choc des titans 2, le nouvel Alien…. Waaa… Gilles, t’es obligé de nos en dire un peu plus là ! Tu as travaillé sur quoi exactement ?
Je ne peux pas rentrer dans les détails, mais sur Clash 2, j’ai travaillé sur la fabrication de faux rochers en silicone, d’autres en mousse polyuréthane, et le tirage de prothèses pour une des créatures ; et sur Alien, j’ai travaillé sur le tirage en mousse de latex de costumes de deux personnages. Mais je ne peux pas en dire plus.

Comme pour Dr Who, j’ai réalisé plusieurs monstres pour la série Sarah Jane Adventures. Toutes les pièces sont en mousse, peintes par Martha Fein, Rob Mayor et Valentina Visintin, entre autres.

– Es-tu collectionneur ?
Non pas vraiment, mais je marche beaucoup au coup de coeur.
– Tu peux nous parler de quelques uns de ces coups de coeur, quelques une de ces pièces qu’on retrouve dans tes étagères ou sur ton bureau ?
J’ai une figurine Iron Man de chez Artfx (fidèle réplique de l’armure du film), un Lord of Darkness (du film Legend) de chez Sota Toys que je trouve très impressionnant (déjà par sa taille), un Batman Deluxe Collector Figure DC Direct, un petit Yoda Kotobukiya, une série de personnages Star Wars sur socle rotatifs (Vador, Obi One, Luke, Boba Fett) et quelques vaisseaux Star Wars, un Darth Maul électronique, un R2D2, un petit Dragon que j’ai trouvé dans un magazin de jeux de rôles, un face-hugger taille 1:1 et divers petits personnages réalisés par un ami, Yannick Fusier.
Et quelques uns de mes propres projets : un buste de zombie, un autre de Hellboy, une cybergirl… et j’ai deux extra-terrestres et un petit buste de loup-garou en cours de sculpture.

Cybergirl & Hell Boy

– Quel était ton jouet préféré, enfant ?
J’avais (j’ai toujours, quelque part dans une malle) plusieurs Action Joe et véhicules, et j’avais fabriqué à partir de cartons, de bois, de plâtre, une sorte de Batcave, ou « ActionJoecave »‘. L’aventure à portée de main !
– Mes chouchous ! J’ai pas de malle par contre, moi (veinard !). Il y en avait un en particulier (Joe, Bill, Tom…), ou une tenue, que tu préfèrais ? 
Joe et Sam étaient mes préférés, et je me souviens aussi que j’avais aussi un Steve Austin et son ennemi Maskatron, tout démontable. Et un ou deux Big Jim, dont le Big Jim agent secret, avec sa collection de masques interchangeables (déjà ! Un signe prémonitoire peut-être ?)
– Steve Austin, Maskatron et Big Jim agent secret : totalement cultes ! Ils sont sur mes étagères spéciales « vintage », et feront bientôt l’objet de posts sur JSPS… Un film, une série tv et des bd favorites ?
Il y a tellement de films que j’aime pour différentes raisons : Conan le Barbare, dont j’attends le remake avec un peu d’appréhension…
– Moi aussi, même si Jason Momoa s’est montré très convaincant dans la super série « Game of Thrones »…
Le loup-garou de Londres, L’Exorciste, Superman 1 et 2, Batman (Burton et Nolan version), Indiana Jones 1,2,3, Iron Man, la trilogie Star Wars (la première, pas la nouvelle), Predator, les films Alien (le 2 est mon favori de tous), Terminator 1 et 2, Avatar, Robocop 1, les films de Romero (sauf les quelques derniers), les films de Peter Jackson, la trilogie Retour vers le Futur, et j’en oublie forcément !
Les séries que je regardais quand j’étais môme, même si elles n’ont pas toute bien supporté le poids du temps, comme San Ku Kai, ou L’homme qui valait 3 milliards, ou Thierry la Fronde. Mais la nostalgie est là ! Concernant les séries tv plus récentes : Lost, BSG, Cold case, CSI, NCIS, Firefly, Fringe, X-Files, Dr Who..
Les BD : quand j’étais gosse, je ne ratais pas un exemplaire de Strange, Special Strange et autre bd de Super héros. Les X-Men sont mes préférés, j’adore l’age d’or Claremont-Byrne, suivi de Spidey. Et puis Iron Man et Captain America ; J’adorais aussi les héros « à la française », publiés dans Titan et Mustang : Mikros, Epsilon, création du génial Jean-Yves Mitton, et les aventures de Rahan, ou Tarao du regretté Roger lecurreux, Proteo par André Cheret, et bien sûr Astérix et Tintin ! J’étais aussi un fan de Pif Gadget, qui regroupait tant d’aventures et d’articles passionnants ! …Sans oublier Gotlib ! Maintenant, je suis plutôt les aventures de héros dessinés par Jim Lee, un de mes dessinateurs préféré.
– Si tu étais un super-héros ?
Wolverine (ou Serval comme il s’appelait avant le film !)
– Et si tu étais un monstre ?
Frankenstein, ou alors, évidemment, un loup-garou ! Une créature incomprise qui n’agit que par instinct pour survivre…
– Ah tiens, Gilles, il est minuit, et je crois bien que c’est la pleine lune. File vite, et merci beaucoup d’avoir inauguré cette rubrique !!

4 thoughts on “Gilles Paillet, le french loup-garou de Londres”

  1. Super boulot ainsi que ton parcours laisse rêveur riche d’une formation sur les approches de certaines techniques de moulages et de taille dans la masse souhaiterai avoir quelques adresses pour améliorer ces techniques merci par avance christophe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *